Google+ Badge

lundi 12 février 2018

El proletariado en apuros VF




le roman espagnol de Manuel Montero, récit qui se catapulte vers la vie parisienne dans les successifs volumes, à pour titre d'ensemble El proletariado en apuros (cela viendrait à être un jeu de mots par voie onirique entre lumpen-proletariat ou proletariado en harapos, et le récit type du début du XXe siècle, pour l'érotisme plus ou moins anarchisant du naturalisme en littérature, très couru dans l'Espagne de la IIe République, de Telle ou telle héroïne "en apuros", c'est à dire en situation compliquée et d'urgence)

que ce soit un acte de désobéissance comme écriture est mis à l'épreuve de la lecture en traduction performative ou chanson néopauvre du volume de 1994 en son atelier avec Hurlante Nova, au clavier Yamaha et composition en hiver 2018

je dessine (ayant beaucoup peint à l'huile grand format) et fais des montages vidéo de dessins et performances, ai publié des livres (El proletariado en apuros, Maquinaria del cuerpo klossowskiano) mais malgré que mon discours a fait le passage et de l'université et du militantisme, ma pratique m'amène à la fragilité sociale

Musique Acrobatique Littéraire , le duo Hurlante Nova et Manuel Montero exprime la condition néopauvre, d'avant garde chaude, ou expressionnisme rétro, universitaire précarisé, état arty de la classe révolutionnaire, des êtres qui autant tu trouves à faire la manche qu'assis avec un riche mécènes dans un lieu huppé. Ils montrent comment les avantages de l'intelligence de type high class et les ressorts du Grand Art (à la manière de Prométhée qui vola le feu des dieux pour le donner aux hommes, acquis indéniable, cher aux anarchistes des deux siècles qui précèdent) sont maintenant des armes révolutionnaires rendues au peuple

Comme dans d'autres séances (cette vidéo est une portion de séance) tels les séances qui composent low fin novel ou Winter Time, ou encore les premières dont les remarquables "rare chinoiserie sonore" et "Mao & Das Lied von der Erde", la pratique courante (à part les poèmes à soi de chacun) est la traduction performative (qui doit se faire selon la théorie du hasard - concernant aussi bien la peinture chinoise que le cinéma de Bresson - qui exposait dans ses livres Umberto Eco - c'est à dire, avec la fraîcheur des premières lectures)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire